La vague statique de la Malate : eau vive mortelle !

Lorsque le Doubs atteint une côte d’alerte en terme d’inondation, les multiples barrages de la vallée laissent oublier le labeur qu’à dû être l’aménagement à la navigation du Doubs, entre Lyon et Strasbourg. Alors pour un Bisontin, la difficulté réside, dans le retour sur la rive, tant les bords du fleuve demeurent sauvages. En effet, une mise à l’eau est toujours possible à proximité du pont piéton de ce spot de surf statique, rive droite. Cependant, une fois dans le bouillon, avec des remous équipés de poteaux pour le slalom kayak, le courant vous emporte inexorablement vers l’aval… Impossible de le remonter avec un surf. Mais pour ma part, j’ai noté un phénomène thermodynamique particulier en accédant à la rive gauche aménagée par l’écluse, (en raison de la présence d’escaliers) oui, un faible courant remonte lentement, vers l’écluse, en sens inverse de l’écoulement de l’eau. Hypothétiquement dû à l’échauffement mesurable en milli-degrés du même bouillon, absent sur le chenal de navigation.

En résumé :

Gros bouillon = agitation des particules en suspension dans l’eau = activité exothermique = augmentation de la température = dilatation thermique à la sortie du bouillon par répartition = mouvement thermodynamique sur l’écluse = courant ascendant vers l’écluse par échange calorigène dans l’eau immobile

Je l’ai constaté personnellement en bodysurf. J’ai aussi constaté que les germes et la flore totale de la rivière peut conduire à une purge intestinale impromptue, soyez vigilants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *