international social skate

Le skate a t il un rôle social ? Vu le prix d’une planche de skate de bonne qualité, c’est certain, nous sommes loin d’un séjour au ski ou à la mer… A moins de résider sur place pour profiter des meilleures conditions des éléments, vagues ou neige, il faut sacrement investir pour s’investir, et notons le, toujours à perte dans le free-ride… Des plaisirs onéreux… Naturellement, en ski, difficile de faire une journée à moins de 100 euros, et en surf, à peine moins cher, quoique… Et c’est sans compter sur le matos ! Des skis, un bon surf, ça va s’ajouter encore pour culminer à des tarifs prohibitifs alors qu’un skateboard coûte avec une qualité déjà honorable : 80 euros !

Ensuite, tout vous sera gratuit, les skates parks, les rues, il ne vous en coutera rien pour pouvoir s’engager dans les figures plus techniques les unes que les autres… Je peux donc l’écrire ici, le skate à bien un rôle social dans les sports de glisse, cependant, revers de la médaille, c’est aussi un sport qui blesse le plus… Contrairement au surf ou au ski… d’innombrables quartier des villes modernes ou même anciennes offrent des caractéristiques adaptées au free-ride urbain… On économise donc le transport pour pratiquer près de chez soi… Et en plus contrairement au ski ou au surf ou les conditions changeantes demandent du matériel adapté, pas de souci en skate ;  La planche ne change jamais

La liaison au sol épisode 2

Vous le savez, nous grandissons par étape et lorsque nous sommes enfants, nous marchons à 4 pattes sur le sol. Les chutes sont régulières lorsque l’on apprend à marcher et nous, bébés, avions la chance de nous relever sans bobo. Ensuite, la liaison avec le sol nous délaisse et nous quitte, l’inné cède sa place à l’acquis, et le confort de nos quotidien nous montre souvent à quel point il est saugrenu de s’asseoir par terre, et encore plus de s’en relever sans les mains ! (sans les mains ?)

Oui, se relever du sol, depuis la position assise vers l’avant sans utiliser ces mains… C’est ce qui s’appelle l’acquis. Cela se travail, et garder avec les années cette souplesse dans des postures ponctuelles du quotidien est un signe d’aisance qui vous fera marrer quand vous essaierez, en tout cas je l’espère. N’oubliez pas de boire de l’eau…

Qu’est-ce qu’un rideur ?

Un rideur, qu’est-ce que c’est ? Un touriste, un chargeur, traine-savate, jibber, rouleur du dimanche, base-jumper, frimeur de salle de bain, top-model, minet des bac à sable, Eddy Aikau, tartine à monoï, spécialiste du hors-piste, nanti du sport pro, cultifié de la jeunesse, chanteur d’opérette de la glisse, crispé des fortes pentes, cascadeur, bourgeois de la Rtt, privilégié de l’emploi, masturbateur de cerveau, suicidaire du quotidien, mannequin à fitness, athlète régulier, back-flippeur de l’espace, crooner d’histoires, chercheur d’emmerdes, maçon du vide, dormeur à rider debout, poète de la glisse, cuisinier à mythomanie, adepte du sado masochisme, waterman, spécialiste des salles d’attente, technicien de l’enfer, machine à émotion, castor-junior, rédacteur de narration sportive, feignasse de pistes verte, maître nageur de verre d’eau, vantard de comptoir, humble voltigeur, casse-couille man, tournicoteur d’idée, créatif de son propre compte en banque, un sacré déconneur, voyageur moderne, polyglotte international d’anglais, chef de partie des glissages, candidat au décès, pisteur de dâmes, dameur de piste, pameur de diste, disteur de pâme, crouillot de minuit, adepte de la météo, adrénaline addict, chantre de la jeunesse, icare du cash-flow, Kurt Cobain des jam sessions, oracle du déplacement, noyé de la goutte d’eau qui fait déborder le vase, pape des marques à sponsors, chercheur en médecine, collecteur de contraventions, nageur d’eau douce, libre styleur, cavalier de l’impossible, guide du banal, skieur, skateur, surfeur, bmxeur, un être Humain moderne…

 

 

Anniversaire !!

Et oui, cela fait deux ans que le blog de freedownhill est alimenté par votre serviteur… Deux ans de créativité, de sortie free ride, de ski, de surf (un peu), de skate (beaucoup) et de roller en descente… Alors comme tout les anniversaires, on se demande si on a fait des erreurs, ou si on atteindra ces projets… Mais déjà les crises à répétitions frappent à la porte ; Le covid, la sécheresse, la domination des sports business, le manque de reconnaissance du blog, la survie du projet est mise à mal…

Donc l’avenir de ce superbe support qu’est le blog va passer par la recherche de soutien économique pour permettre sa survie, afin de continuer ce travail quasi hebdomadaire de synthèse, d’analyse et de restitution du freedownhill, la descente en liberté… Après tout, je vous lâche une info, avec environ 17 000 followers, il faut quand même que l’aventure continue…