Compréhension de la montagne, compréhension de soi

A chaque fois que j’ai pu m’engager en haute montagne, j’ai trouvé ce sens vital du partage, basé sur l’échange et le dialogue, la rencontre. Oui, on évoque les conditions météos, les conditions d’enneigement, les vents, les heures de passages, le choix technique de matériel, les vivres, la présence d’alpinistes…
Cette relation vitale à la montagne passe par la connaissance des individus qui l’arpentent, pour pouvoir se dépasser et repousser nos propres limites, et non pas simplement et vulgairement battre les autres dans une compétitions ou de toute manière, l’homme sera toujours perdant face à la planète. En 2018, le monde minérale de la haute montagne nous le rappellera encore et toujours, il en est plus que temps. Repousser ces limites oui, battre les autres, non. Chacun peut le faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *