La peur, ce sentiment amicalement votre…

Qui n’a jamais eu peur en free-ride ? Quel que soit le terrain, la saison ou l’objectif, ce sentiment nous habite régulièrement, je crois pouvoir l’avouer ici sans rougir. C’est justement un moteur puissant pour chercher à se sublimer quand elle est anticipatoire; mieux préparer son hors piste ou son passage en poudreuse équipé d’un airbag ou de l’arva inévitablement… D’ailleurs je crois même être un sacré froussard pour travailler autant ma préparation physique… Et puis, on trouve aussi la peur, à posteriori, souvent mêlé de chance je serai personnellement beaucoup plus humble après avoir évité un chauffard non respectueux du code de la route en freeboard sur route ouverte…Alors on répète parfois dans le milieu qu’il s’agit d’adrénaline, cette vision physiologique de l’émotion d’une vague plus grosse que les autres qui t’entraine irrémédiablement vers le beach break, encore fusse-t-il dépourvu de rocher… En ce qui me concerne, je ne veux surtout pas jouer avec ma vie même si je confesse volontiers avoir déjà vécu dangereusement, il s’agissait toujours de coïncidences pour lesquelles il faut toujours être prêt. Sans quoi, la peur vous étrangle et vous domine jusqu’à l’accident qui vous emporte vers l’abime de souffrance, voir la mort. Heureusement, en skate et en roller, à ski ou quand j’ai la chance d’être à l’océan, mon expérience m’aide à comprendre l’élément, et ainsi éviter tout dommage.  Redoublant de sagesse, veillant toujours à la meilleur préparation physique possible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *