session nocturne

Quel panard qu’attendre la nuit profonde pour pouvoir jouir des grands boulevards descendant de Besançon… La circulation revenue quasi absente, je peux en toute sécurité, rider sur l’avenue du Maréchal Foch… Visiblement, aucune nuisance pour le voisinage qui est à distance, les politiques considèrent que je pratique à mes risques et périls, comme un rugbyman sur un stade en somme, la police traque les prostituées, et moi je récupère une mine de bonheur sportif, sous produit de l’urbanisation moderne, pour en extraire la même essence d’équilibre qu’un snowboardeur en haute montagne ou un surfeur à la gravière des landes atlantiques… Le panard vous dis-je…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *