Royal gift ride

Mardi 15 octobre 20h30 : free down hill…
Well stretched after a lunch-snack ended by a sugar « tip » sachet, the roughest legs I ever roll on the new Sussex becomes balanced, flexing on back to front. My head shakes, looking at my way. Devonshire bus stop, cars, bicyclers, walkers, scooters, women, Freaks on St James street steep, are engaging my usual alternative break with a rounding unsatisfaction from french presidency lies, patience and action don’t wait I’m alive : The emotion-mission and my pleasure-sure is the same, my thinkings and the action got this aim. Slowly descending I start Ok, leaving droves vehicules priority, warming body, wearing grey-clear open neck shirt and my knees Levi’s used-holes open, my secured sash gained clothes ; wristles pad, as minimum. Victoria’s fountain and park crossing on the hard flat road, I found imperials autobuses to the hill bottom, people and lights, activity tracker setted, straight to Dyke Road Street, with my cinematic arms after, and moving throw the front road leftside : I got to unconsciously warning myself of the taxi noise from my back, wheel-direction manner changed from France, rendering the street of course… Arrived at the flat part, introducing my descent from this small hill for serious holding of my cherokee breath, involving skills I’ve been training within some FSK sustainability.
Few drivers, dark insides, I should be myself, struggle-verb, rolling it, strong I’m fine… Wet leaf on side walkway, highly slept and danger visible around… Finest sport alley, on the thin space… to roll away… Zip ! Reaching beside few symetric perfect short-slides… Up-down-trash-pick and deliveroo bikes, pleasure of freedom, attention of fleetings from my own, racing my best on, young hippies ungrunged too smart short-board… Well followed, despite a slight deviation ahead, in front of the closed bank at 9pm. Street larger, speed, pourcentage, inlineframe, last food&bevarage, wind and rain, loopmind melow, and appologies of English mistakes, my behaviour in your real life, Sweatheart, must find a better paradise, even best fall in bathroom shower hurts. Seeking slick grounds and fine steeps, communion in town space sharing, not Bond street corner, three Asian people saying along my roll « go ! » I tought « after Brighton, I should travel to Tokyo ? »

All the french « free »

Free dent
Free downhill
Free speech
Free solo
Free base
Free climb
Free pass
Free duty
Free access
Free Paf
Free style
Free party
Free cassée
Free cadele
Free time
Fric
Freak
Free soul
Free ride
Free spirit
Free sex
Free record
Free fly
Free jazz
Free motion
Free surf
Free foot
Free mind
Free drift
Free word
Free sail
Free account
Free sing
Free happiness
Free mistake
Free fight
Free man
Free woman
Free child
Free world

Brotherhood, fraternité, keine kindergarten…

With my young brother Christophe, around the age of 8 or 10 years old of farmersons, we were waking up around 7h30 each days of the usual weekly primary school ; having breakfirst although ourself walk to it. One morning of winter, seeing the frozen covering of a snowy ice on the ground, I adviced my brother about a quick free-ride with luging on, instead of reaching the teacheress late arrival…
C’est cette proportion juvénile à nous combattre moi et mon frère, qui était totalement dangereuse pour nous deux. Le village étant en pente, nos deux skateboards nous élançaient en descente, sans bien savoir comment freiner lorsque la vitesse augmentait puisque nous conduisions des tracteurs et des vélos équipés de freins… Au lieu de domestiquer les vaches pour la production laitière, tristement.
Und was ist Beachbro fransozicher free-ride und free-style magazine schriftstellung für bauerschaft ?

Le prix du blog ? The blogging invest truth ? Das geld farschein ?

Combien ce blog rapporte-t-il à son propriétaire ? How much this blogging businness would earn to vincent boucard ? Wie viel ist es für das blog ?
Considérant une expérience de 31 ans depuis mon premier skate, looking at my 31 years old experience since my first skateboard, mit 31 kraftwerk skate gespielung, avec des aventures extrèmes ou banales, with uninteresting stuff or amazing story, this weekly work would maybe reach more than a 12 pound/hour money amount ? Cette expérience vaudrait plus qu’un simple 10€/h au regard des expériences transmises dans son contenu ?
Comparant mon blog à la valeur d’un match de première ligue 1 bundesliga ou calcio de deux équipes durant l’hiver en milieu de tableau, beside the value of a football match between two team of european broadcasting match with a huge amount of money for only publicities ?
Et bien voici la réponse, well, here his an answer : le blog de Vincent Boucard aka « freedownhill.eu » coute environ 1500 €/mois. This blogging business earn less than 1935£/month, (because of Foreign exchange value…)
Les comptes et la fiscalité de Vincent Boucard sont accessibles au 09b Rue Charles Krug 25000 Besançon aux heures de bureau, (loyer immobilier non compris). The comptability and fiscal uses are available at his French legal adress : 09b Rue Charles Krug 25000 Besançon. (the legal french adress belonging to Boucard’s family, isn’t included in this monthly price)

Body surf

Ah, l’océan et les vagues… quand on a rien à faire au travail c’est vraiment le pied… alors pour nager dans des creux de 2 à 3 mètres, il faut quelques dispositions décrites dans le blog précédemment sur le short-break.
Swimming in the waves with cold water is great for health if you don’t stay too long inside, and technicals of under-wave « cassantes » pass, are descibed following on this blog… Schwimmbad ist wunderbar, und es ist veileicht, ein gross schalft mit sein liebe in wasser, achtung ! !

La littérature de la glisse aujourd’hui (Today’s free-ride litterature…

C’est assez saisissant de trouver autant d’émotions dans la littérature avec des identités différentes… Autant il sera possible de s’épanouir à l’écrit, autant les déceptions jalonnent votre parcours dans le monde de l’édition. La possibilité d’exprimer toute la liberté du free-ride sur une page blanche et sans commune mesure aussi vaste que l’est la pratique elle-même. Puiser dans la richesse du langage est une source de connaissance infinie, vu le plaisir ressenti à cultiver sa propre érudition, cultiver sa souplesse, explorer son environnement, explorer ses réflexions. La boucle est ainsi bouclée, l’histoire est belle ! Certes, il demeure une ombre au tableau, les risques de chutes ? Et bien à l’écrit aussi, être incompris demeure un danger pour cet acte. (Danger inoffensif ?).
Ensuite, je n’ai aucunement la prétention d’être un leader, et même, j’espère sincèrement que bon nombre de free-rideurs feront la même chose que moi, s’emparant de l’écrit pour influer sévèrement sur nos modes de vies, nos manières de penser… « Une glisse libre » ne devrait pas être l’ouvrage d’un seul rideur. Comme la révolution industrielle permis au 19 siècle à tant de théoriciens, romantiques, scientifiques et poètes, de développer la littérature de masse, je crois que la multiplicité des modes de glisses nous offrait cette richesse unique dans l’histoire de l’écrit, prendre le pouvoir, tous, pour évoluer délibérément comme ce mouvement idéal chez chaque rideur… (retouche du texte approximativement datant de l’hiver 2012)

Something amazing in free-ride since the Internet rise

Here is a simple track to ride with Irish friends « Shum and  John » and the question of the increasing of hardness : I may try to jump the grass gap, in this video, but I’m not interested in… They asking themself : Why don’t he reach more spectacular ? Some people always wanna doin’it harder ? As hackers in computing prog, some of us always wanting to reach a bigger challenge… But there is hackers with black-hat, hackers white-hat : the legal, the krooked…
« The defi, and the passion » Daniel Ladurner vorladung vieleicht
Une simple envie de glisse avec Shum et John qui me filment gracieusement, la question de la surenchère des prises de risques… Certains veulent toujours prendre plus de risque, ou réaliser toujours de plus forte prouesses… Mortel, comme dans Point Break 1991… Cependant, les pirates informatiques ont aussi parfois cette philosophie de toujours dépasser ses capacités pour tenter de nouvelles perf, dans la vie numérique, la surenchère mathématique d’Internet, la recherche fondamentale… Et qui dit : pirates d’ordinateur, dit Police du web !
Achtung für klitschig ! Es ist adrenaline addict für free-ride und computing arbeit, mit richtigkorn oder falsch… Etik bleiben !

Board cleaning & urban rider-salubrity

The city ground would probably be always dirty, even if you clean it well, it’s not a bathroom ground so here is the advice for you bacteriologic health, clean your board !
Skateboard is schlecht und polluzion krank, ach so, mussen reinig ist fur besser sex !

Les villes, leur sol, est jonché continuellement de détritus que les gens jettent négligemment en oubliant les poubelles, mais les pollutions chimiques, particules fines de voitures, poussières, déjections canines, et autres sallissures seront toujours présentes même si on utilise les poubelles. Alors hélas, il faut nettoyer les planchons ! Car ils passent en mains, et sont utilisé pour les skates-shoes… Je me pose les mains sur le paillasson pour rigoler ?

 

 

fitness à la board

Il est super simple de s’entraîner avec sa planche comme une altère. It’s so easy to practice your work-out with a longboard for improvement of your flexibility and reactivity. Es ist ein geschank von fitness werk. Vous trouverez ici des exemples facile de posture à prendre en compte pour votre sécurité en évolution. Here is some positions for a good feeling of you mind and body health. Arbeit spass muss sein !
Sortir de la salle de gym, prendre l’air, rencontrer des gens, utiliser son skate comme un outil différent, et travailler ces aptitudes ! N’oublier pas de nettoyer votre planche, et de rester souriant car la culture physique est un plaisir ! (c’est le secret…) La vidéo complète sur Dailymotion avec plein d’autres bonnes choses ! « freedownhill work out skate tool »

le Q des caisses de bagnole

Sacro-sainte automobile… Indispensable pour rejoindre la mer, la montagne, le park, les pays lointains… le supermarché, les parents ou l’agence d’intérim… Quel dépaysement ! Alors l’invention du stickers comme un Art à part entière, un marquage de territoire, un panneau indicateur ou une publicité, un pense-bête, un peinture rupestre shamanique, le timbre fiscale de vignette, la tendance à ne pas suivre, la traçabilité des stations, une griffe… Adrénaline : Coller ce célèbre sticker « j’aime ta femme » sur sa Lamborghini ?

En skate et le roller, faut-il faire de la route pour faire de la route ? En ce qui concerne le triste auteur de cette sinistre question, et bien, il préfère emporter un équipement, un seul, léger, moins de 10 kilo, pour évoluer dans l’environnement urbain destination… Pour ma part, je crois que les trottinettes élec ont de beaux jours devant elles. « j’aime le nucléaire » Oui, c’est une extraordinaire invention. Mais faire de la route pour retrouver une route ne serait-il pas déjà une gageur ? Je vous abandonne à cette question, ma compagne à déjà la réponse. Certes les bagages sont plus lourds, mais sur place, j’ai mon propre matos, Opé rationnel ?