La recherche

Chercher des infos, des gens, des formules mathématiques de crédit, des prix bas, des meubles adaptés, des fringues, des articles, du pain, de l’argent, un meilleur job, un nouveau job, plusieurs job, chercher encore un animal domestique, chercher de l’or, chercher le bon rayon dans l’hypermarché, chercher une poubelle, chercher du pétrole, chercher une traduction, chercher à comprendre, chercher une adresse, chercher son GPS, chercher la connexion, chercher le code, chercher le mot de passe, chercher une connerie drôle à te raconter, chercher la bonne courbe…

Ni tourist ni pro

Qu’il est bon de ne pas être prisonnier d’un job de sportif pro… Pas d’objectif de résultat, pas de problème de compétition, la pratique quand on veut, le bonheur quoi… En revanche, pratiquer comme un semi-pro, confère des aptitudes athlétique qui sont utiles au quotidien pour une multitude de tâches dédiées au travail, travail fondamental car il permet de garder le contact avec la réalité, et offre ainsi toute la valeur de la glisse comme une récréation… Nampa chantait (traduit) « rider dans la rue tout les jours) c’est une énorme connerie… Rien de tel qu’une session de temps en temps pour garder la forme, avec un entraînement régulier et un job à trois quart de temps… C’est la liberté moderne… A noter le livre de Guillaume Barucq, « surf therapy »…

 

Les courbes comme mouvement naturel

L’alternance des saisons, le rythme de sommeil et d’activité, la température du jour et de la nuit, l’humeur cyclothymique, l’alternance de la pluie et du soleil, les changements de température du corps entre chaud et froid, la forme des vagues, les dessins de congères de neige, le balancement de la queue des félins, le vol des oiseaux, les cycles lunaires, l’ondulation du vent, le relief des campagnes, le brouhaha de la foule, la vibration des branches d’arbres, l’oscillation dorsale des baleines, les cycles de fertilité d’une femme ou de virilité d’un homme, les battements du cœur… Autant de phénomènes schématiquement représentés mathématiquement par des courbes, tout comme celles des surfeurs, skieurs ou rollerskates…

 

X trem pourquoi faire ?

On a tous connu ces instants de gloire, ces moments flamboyants, ces heures magiques et invraisemblables qui bouleversent et dont on se souvient toute sa vie… Alors comme je le disais à un ami il y a peu, j’ai horreur de ce terme Extrême… Né dans le courant des années 80, flirter avec la mort reste une teneur prégnante de cette notion. Pourquoi chercher à se tuer dans le but de pouvoir survivre ? Uniquement pour s’offrir des sensations ou créer un coup d’éclat Kamikaze ? J’ai une sainte aversion contre cette idée. La vie, chaque instant, est perpétuellement intense, réelle, heureuse, simple, dense… Il n’est pas nécessaire d’en rajouter, comme le disait une célèbre publicité pour le café. Sinon, des fans de l’extrême, des jusqu’au-boutistes, des suicidaires qui ont réussis, il y en a plein les cimetières. Tenez par exemple, rien que les morts de la circulation routière… L’automobile c’est fantastique, mais c’est aussi extrême pour un être humain rouler à 130 km/h sur une autoroute…

Global free-ride

Toute ressemblance avec une personne vivante ou ayant existé serait une pure coïncidence. Ici, nous retrouvons un précurseur du global free-ride dans l’usage des éléments océaniques et montagnards pour la pratique des sports de glisse… James Bond traquant les méchants gangsters internationaux, qui eux mêmes étaient planqués dans les stations de sports d’hiver, ou sur des plages surfables. En 1981 avec cet extrait de « For your eyes only » Rien que pour vos yeux, Cortina d’Empezzo est la station où les scènes de ski furent tournées, et Corfou, où la scène de plage fût réalisée. 40 ans plus tôt, le cinéma Hollywoodien laissait deviner ce qu’allait devenir la glisse internationale, les services secrets de Sa Majesté en moins. Nous constaterons alors que l’agent secret lutte seul pour préserver la paix, l’épanouissement des masses et la pratique des sports de glisse en toute quiétude, bercé par l’ultralibéralisme. James devient alors le gardien de ce même ultralibéralisme, alors que le paradoxe de notre relation aux sports de glisses abrite toujours les méchants tueurs, nous questionnant sur l’intérêt de la glisse ?

Archive journalistic

Voici le texte publié en 2001 sur riding zone, à l’époque j’avais participé au contest, et écrit le récit du contest, plus qu’un travail journalistique proprement dit… Celle et ceux qui connaissent mon site redécouvriront ce travail ici :

« L’avis des Lausannois Christian et Denis sur la route :  » Asphalte all’dente ! Un tracé qui tabasse, ça descend fort !  » Plus de 3km, avec 15% de dénivelé moyen, un des freinages le plus difficile du circuit, les compétiteurs utilisant un frein traditionnel ont dû avoir un gros cœur pour faire un chrono… Venu en petit comité, la représentation Francophone fait parler d’elle puisque en toute décontraction, elle gagne ! Christian Montavon (Team Salomon Lausanne), dérobe le podium à Dominik Dobler, le local de l’étape (team Rollerblade Autriche) suivi de Franco Innocente (team Salomon Suisse). Les photos de l’époque : 

Suisse Autriche et Italie pour le tiercé, la première place française revenant à Cédric Broche (8em), descendeur Plagnard en pleine progression. On regrettera juste le manque d’engouement des filles pour cette discipline, ce qui ne les empêchent pas de devancer un bon nombre de mecs ! Un état d’esprit vraiment tranquille, laissant impatient les gourmands de descente en attendant la manche italienne de Rome, les 13 et 14 juillet prochain. Et comme le souligne Denis Donanzan :  » C’est le World pro tour, d’accord, mais on ne se prend pas au sérieux, du moment que l’on peut rider les plus belles routes de montagne…  » »

En toute honnêteté, l’ambiance était surtout dédiée à la compétition avec le souvenir d’aujourd’hui… J’avais vraiment « romancé » l’article à l’époque, tout en essayant de rapporter les faits de l’événement… Mais, déjà 20 ans plus tôt un terrible sentiment lié au réchauffement climatique m’étreignait. A Paris, je crois que c’est Jonathan qui rajouta le bon titre « le roller se fait une ligne »…

L’université libre / open source universtity

La science du bricolage développée dans ce blog regroupe pêle-mêle un certain nombre de discipline englobant l’ecopsychologie, le marketing de masse, la théologie de l’extrême, le design des objets de free-ride et leur perfection stylistique symbolique, le trans-socialisme et l’effacement du leadership ultra libéral, l’ésotérisme numérique et l’ascétisme de luxe, l’antroponomie ou sa traduction d’antropologie des économies d’individus d’une population, l’ethnolibéralisme, l’axenetisme et des convictions obéales, l’éthymologie cryptographique tribale, l’hypnose post freudienne d’accomplissement sportif, la médecine hollistique, bref autant de notions disponibles en accès « open-source » et soumises à débat naturellement et fort heureusement !

A boire et à manger écrirai-je pour mieux me faire comprendre… Pour conclure, cliché incontournable ; la philosophie du free-ride déborde de mon clavier pour éclairer votre écran… bon ride à vous…

(Que ce soit au firmament des extrêmes, ou à la barrière de parking en voiture.) N’oubliez pas le livre de Gibus de Soultrait, « L’opportunité du surf », traité de philosophie parfait… (Remerciements au point oméga de Polytechnique et surtout à sa buvette des pirates pour leur punch planteur.)

FSK 4×320 mm de Salomon

Hello à toutes et à tous… Petit sujet sur les patins Salomon, merveille pour la descente du début des années 2000, le FSK 4 roues sur un chassis de 320 mm… La platine longue offre une grande stabilité et seulement 4 roues facilite l’usage du patin… (Platine conçue pour les grandes pointures à l’origine ?) Un inline inégalé dans le commerce…

Un roller simple, rudimentaire avec une grille de maintien sur le coté du pied, deux types de gommes sur le modèle Dee-max d’origine, une déco sobre en noir et blanc : laçage, scratch et strap, avec un spoiler haut pour un maintien parfait en free-ride… L’arme fatale pour des free downhills… Un patin de rando up&down parfait… Son poids relativement léger n’affiche que seulement 1kg500 en fonction de l’usure des roues… Personnellement j’ai pu rider avec ce roller de Stockholm à Casablanca, de Londres à Monaco… Et toujours avec la même efficacité. Grâce à un entretien optimal, facilité par sa conception spartiate. Reste mon spot de prédilection, la citadelle de Besançon où j’ai hâte de voir d’autre patineurs s’engager dans cette pente chargée de symbolique architecturale…

Une session qui envoi !

trucs & astuces fitness tips

Laissez tomber tous les gadgets du tapis en mousse et compagnie…
Garder les yeux fermés lorsque l’on bosse en intérieur…
Ne jamais rater son échauffement…
Souffler au max…
Monter créscendo les charges à l’effort…
Se déshabiller progressivement lorsque l’on commence d’avoir chaud…
Prendre une red bull avant ou pendant l’effort…
Varier les exercices…
Varier les positions…
Souffler encore…
Boire de l’eau…
S’amuser vraiment ce n’est qu’un exercice…
Rester créatif mais discipliné créatif…
Prendre une douche froide juste après l’effort…
30 minutes maximum tous les jours, plus un jour off pour stretcher…
Se peser régulièrement avec un régime adapté…
Prendre un supplément nutritionnel après l’effort…
Manger léger (sans graisse en dehors du petit dèj), il faut être logique…

Le centre de gravité du corps étant situé juste sous le nombril, il est vital d’avoir une sangle abdominale musclée pour pouvoir préserver son centre de gravité de toute surcharge pondérale, rédhibitoire pour la pratique dufree-ride… Les abdos c’est donc la clé, la base, le B.a-BA, l’essentiel… Donc si vous combinez tous ces points, vous devriez avoir une méthode assez poussée pour obtenir des résultats de fitness suffisants…

Pour mes 45 ans, je ne suis

pas mécontent.

 

roulade béton / ground controle

Et oui mes chers followers et followeuses, le skate et le roller, impliquent parfois des contacts au sol pour lesquels il faut être préparé. Et dans ce cadre, rien de tel qu’un entraînement à rouler sur le sol dur pour pallier à un contact au sol sans se blesser. Yes it is, skating and rolling involve falls on the hard ground, and you got to be prepared to deal with it. In this case, nothing but a training to break down on the floor, would help you to protect yourself from injuries…
A noter que la Marchaux Classic est logiquement annulée cette année, et il y a toutes les raisons de penser qu’elle se réinventera pour une formule toute autre, dans le futur, comme pourquoi pas des randos de downhill dans Besançon… ou du skate de déplacement urbain, toujours utile et pratique comme le vélo. Kein farschein für free-ride in Marchaux Classic… Cancelled event sadly…

N’oubliez pas de bien vous échauffer avant d’essayer les roulades, IMPERATIF ! Very important, don’t forget to warm-up before trying to roll on your back to the floor… Otherwise you gonna hurt yourself, sinon vous risquez de vous blesser. It’s a MUST WARM your body…