retour                                   back

 

Voici quelques clichés montrant aux plus attentifs, des particularités induites par l'usage du roller en mode rando, tranquille.Je note à l'examen des gommes, une usure prononcée de la troisième roue (en partant de l'avant).

 

Phénomène de banane inversée ? Oui.

Suis-je bourré quand je retourne mes roues ? Non.

Alignement des axes soumis à torsion ? Oui.

Perturbation psychologique ? Non.

 

Le train roulant sur ce patin montavon est 81A en micro, et 83 ou 84 A en Abec, 2X2. En ce moment, les micros sont à l'avant. La botte est une CrossMax Salomon avec un jeu entier de roues au compteur. La lame, est une 320MM repeinte. Le paramètre nouveau dans l'absorption de la chaleur est sa répartition sur l'aluminium extrudé, dufait d'une peinture noire usée en session.

Pendant la phase de slide, spatialement, un mouvement à 90° sur le vecteur de déplacement s'opère. Durant cette modification, la platine doit résister à la torsion imprimée par le corps, et rigidifier le point de glissement des gommes, lors de la transition de roulement à glissement.

 

 

Torsion verticale d'appui et torsion d'arcquée de freinage. En résumé, l'axe de couple, notion empirique non abordée ici.

 

 

L'usure des gommes est donc ici en corrélation avec la vibration du châssis. L'analyse la plus pertinente est encore une réponse ambidextre : Des slides à droites demandent des gauches.

Mais, y-a-t-il un rapport avec les montages vitesses en 1x100 et 3x110 d'un patin de camioneur ?

 

Dernière expertise solo, Baking news bone :

 

 

Après une fracture du calcanéum droit en juillet 2007, et en divergence pratique concernant la prise en charge médicale de l'immobilisation du pied pendant ma convalescence, j'ai démonté les platines (très peu roulées) pour utiliser la botte, en lieu et place de l'atèle proposée en pharmacie.

 

Oubli ambidextre ? Oui.

Conflit de camard ? Non.

Relecture ? Oui

Secrétariat ? Non.

 

 

6 mois de béquilles, Kinésithérapie, et maintient du pied dans la botte. Je suppose que les kilomètres parcourus en balancement de béquille, ont engendrés une résonnance du plastique. Talon-pointe, logique pour lancer le mouvement embéquillé. Le contrefort blanc, et la rigidité de l'ensemble ont donc vécu davantage que le patin gauche.

Le patin droit est donc, facteur de torsion tridimensionelle en slide à droite sur la place du 8 septembre, de Besançon. Tridimensionelle, car la roue est une sphère durant la rotation à 90°. Cette notion reste soumise à étude.

 

retour                                   back

 

En seconde expertise vous trouverez ci-joint les clichés de la pointe de botte droite, du talon gauche, des lacets et languettes gauche/droite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seule le patin droit s'avère usé anormalement, (il ne s'agit donc pas d'un canular), la corrélation d'élasticité s'avère ici exacte.

 

 

 

 

 

 

En ce qui concerne les hauteurs de roues en patins de vitesse et d'endurance, la fatigue des bras impose de les échauffer en démontant la petite roue la première lors de la maintenance.

retour                                   back

 

retour                                   back